Autisme, baromètre de ma vie

toile d'araigneeLes différents intervenants et certains parents osent parler de tous ces efforts et toutes ces adaptations nécessaires afin d’aider les enfants autistes à mieux vivre leur quotidien. Toutes ces remarques aussi bien intentionnées soient-elles revêtent toutefois une connotation assez négative. Mais saviez-vous que ces enfants peuvent aussi nous apporter des choses merveilleuses et nous permettre de nous épanouir davantage ? Voici un exemple…  

Avant Félix, j’étais une femme avec 1000 projets, je n’arrêtais jamais. Toujours sur une Go comme dit l’expression. Un projet n’attendait pas l’autre et je pouvais en mener plus d’un de front. J’envisageais de ralentir en ayant un enfant, mais jamais à ce point.

Déjà à 1 an j’ai commencé à sentir que quelque chose n’allait pas, et tranquillement, j’ai découvert ses particularités, ses difficultés, ses besoins. Je me suis rapidement rendu compte que plus je poussais pour qu’il avance, plus Félix résistait, se braquait et moins il avançait. J’ai donc dû ralentir, m’adapter à sa vitesse.

Et puis tranquillement, mon fils m’a fait découvert des choses que je n’avais jamais vues. Les beautés de la nature que je n’avais jamais remarquée. Par exemple, je ne savais pas que l’on pouvait demeurer émerveillé devant une goutte de rosée qui s’accroche au fil d’une toile d’araignée un beau matin d’automne pendant au moins ½ heure et j’avais oublié le bonheur de se balancer sous les arbres par une belle journée ensoleillée.

Mais le plus important. L’autisme de Félix m’a en quelque sorte permis de sortir de ma course effrénée et d’enfin prendre le temps de savourer la vie. Mon fils m’a ouvert les yeux. Il a changé mon regard sur le monde, ma perception des choses, l’importance de pleins d’éléments. Grâce à lui, j’ai appris à prendre le temps de savourer les petits moments, les choses toutes simples.

J’ai redécouvert les gens autour de moi et j’ai appris à mieux me connaître moi-même. Sans les besoins de Félix, ne n’aurais pas pris le temps de m’arrêter. Il  m’a appris à savourer les petites victoires de la vie, les petits moments. Et encore aujourd’hui, mon Félix me donne quelques fois de ces messages qui veulent dirent : « Maman, tu ne penses pas que tu en fais assez, que tu devrais ralentir ? ». Il est devenu en quelque sorte mon baromètre.

L’autisme ou la différence de Félix n’est plus un obstacle dans ma vie.
Après tout, nous sommes tous différents … à un degré différent !

avril 7, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.