J’avais oublié… la tension, la peur.

sereniteJe suis une maman d’un enfant différent… grrrr je n’aime pas ce mot ! Mais je l’écris pour vous mettre en contexte parce que pour moi, c’est mon enfant, un point c’est tout. Et puis, il y a quelques jours, je me suis souvenue comment c’était avant… avant que tout se place.

Avant que nos efforts ne portent fruit, je marchais sur des œufs en permanence. J’étais toujours aux aguets, comme si une bombe allait sauter. Tout prévoir, ne rien oublier, rester à l’affut du moindre signe. Comme une intuition avant l’orage, pour éviter l’escalade. Savoir tirer la plug au bon moment. Et tout ça en ayant une apparence zen.

  • Toi Lucie, rien n’a l’air de te perturber, tu sembles tellement ne pas t’en faire pour rien
  • C’est parce que je ne reviendrais jamais en arrière c’est souffrant, mais « maudine » que la vie est plus claire et plus simple ainsi. J’ai tout remis en question pour ne garder que la base : sommes-nous bien ici et maintenant ? C’est ça l’important.

Ça traîne, ce n’est pas grave !
On ne mange pas tous ensemble ? C’est quoi cette règle, d’où vient-elle ?
Sommes-nous tous heureux en ce moment ? Alors, je décrète que c’est correct !
C’est quoi le bonheur, c’est quoi l’important ?

À la base, une maman doit savoir quoi faire, n’est-ce pas ?
Moi non ! Mais, je vais me battre et comprendre.
Parce que j’ai une longueur d’avance sur bien des spécialistes.
Parce que je connais mon fils, que je ressens chacun de ses états d’âme !
Parce que je vis avec lui depuis sa naissance 24/24.
Parce que je le sens si l’on est heureux, alors laissons tomber les règles, les normes.

Et puis, j’ai avancé, j’ai travaillé ce qui semblait dur avec ce qui le passionnait.  Je cherché, tout lu, articles, méthodes, livres et j’ai posé des questions à des adultes qui ont des différences semblables à mon enfant.

Après quelques années de ce régime, il a évolué ça ne parait presque plus.

  • Lucie, tu resplendis, tu sembles si sereine… tu sembles aimer sa différence…
  • Oui, ça me passionne. Je vois le monde avec ses yeux et c’est magnifique. Je suis contente de m’être battue, d’avoir été jusqu’à payer pour des services… que je n’arrivais pas à obtenir.
  • Oui l’argent ça aide !
  • J’aurais vendu mon auto au besoin… Je n’ai rien fait d’exceptionnel.
    Simplement être sa mère, tenir bon et croire en lui…

La seule question que je me pose est :
« ON EST-TU BIEN ICI, MAINTENANT ? ».
Tout le reste n’a aucune importance…

Oui, avec le temps, j’ai oublié… la tension, la peur. Mais aujourd’hui, je me suis souvenue du passé lors d’une partie du sport qui le passionne. Pourtant, il ne s’est rien passé d’extraordinaire, il s’est habillé seul, il était calme. Tout allait bien. En fait, le voir aujourd’hui être un membre important de son équipe me remplit de fierté ! Vraiment, nous avons oublié ce que c’était, mon conjoint et moi. Nous avons la chance qu’il ne soit pas resté à ce stade et qu’il avance… nous avons cette chance !

Oui, avec le temps, j’ai oublié… mais mon corps lui n’a pas oublié.

Personne ne se doute que sous cette sérénité je suis bourrée d’antidépresseurs et je l’accepte… parce que je suis bien ! Après tant d’années, cette tension dont je parlais au début est restée imprégnée jusqu’au plus profond de mon être… comme si elle était restée de garde au cas où… juste au cas où une bombe sauterais. Alors, après avoir tout essayé (course, méditation, psychothérapie), je la désactive par des pilules de joie. J’accepte…

mars 17, 2017

  • Cest tellement ce que je ressens mais malheureusement tout cela n’est pas encore fini et derrière moi mais, je dois tenir le coup pour mon garcon…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.